Evolution de la Téléphonie

La téléphonie était initialement l'établissement d'une connexion physique entre deux abonnés sur laquelle transitait le signal vocal codé de façon analogique. Les abonnés étaient reliés à un central téléphonique sur lequel l'opérateur(trice) créait un branchement vers le poste demandé (ou le cas échéant vers un autre central) sur demande vocale de l'appelant (" Je voudrais le 22 à Asnières... "). Le chemin ainsi créé s'appelle un circuit. Le réseau téléphonique est alors un réseau à commutation de circuits.


figure 1 : Réseau à commutation de circuit avec opératrice

Ensuite, le principe est resté le même mais les constructeurs se sont attachés à améliorer le transport de la voix et la commutation vers les abonnés:

  • En optimisant la transmission des signaux : par la numérisation et le multiplexage de la voix.

  • En automatisant l'établissement de l'appel : grâce à la création des protocoles de signalisation : dont le but est la gestion des appels, puis progressivement la proposition de nouveaux services.

Tout naturellement, avec le développement de l'informatique, la téléphonie a progressé dans ces deux axes. Les programmes informatiques ont accéléré la modernisation du central avec l'autocommutateur (ou switch TDM) qui gérait des protocoles de signalisation de plus en plus performants . La convergence commence donc. Le réseau de données permet le transport des signaux (voix + signalisation) numérisés, en général sur les réseaux haut débit ATM ou SDH. Cependant, ces flux passaient par des routes pré-déterminées (par exemple de Paris à Lyon : voir la figure suivante).


figure 2 : Réseau à commutation de cicuit, utilisation des réseaux de données (chemin fixe)

Les protocoles utilisés étaient principalement le SS7 ou l'ISDN. Le premier se déclinant en deux grande variantes : ITU (Europe) et ANSI (Amérique), les pays ayant eux même leur sous-variante ou 'flavor'.(1) Avant l'arrivée de la téléphonie sur IP, le réseau ainsi réalisé est appelé : Réseau Téléphonique commuté ou RTC (PSTN en anglais).

La téléphonie sur IP

Puis le principe évolue: il s'agit non seulement de transporter la voix sur les réseaux de donnée mais aussi - chose nouvelle - de 'commuter' la voix sur ces même réseaux. La signalisation téléphonique, au lieu d'être transportée sur un canal à part pour commander des équipements de commutation spécifiques à la téléphonie (les autocommutateurs), devient partie intégrante des paquets circulant sur le réseau. Ce sont des réseau à commutation de paquets et la VoIP est donc aussi appellée : la téléphonie par Paquets (Packet Telephony). Pour conserver l'interopérabilité avec le Réseau Téléphonique Commuté (RTC), les deux réseaux communiquent par une passerelle (ou Gateway) PSTN / IP :


figure 3 : Réseau à commutation de packet : Voix sur IP (chemin dynamique)

Sur ce schéma on notera d'une part la coexistence des réseaux classiques (RTC) et Voix sur IP : c'est une donnée à garder en tête : même si le nombre d'abonnés à la téléphonie sur IP progresse (voir l'étude), le nombre des abonnés étant gigantesque, les changements se font progressivement et il faut gérer plusieurs réseaux qui coexistent. Le 'nuage IP/www' désigne les réseaux de données qui peuvent être des réseaux dédiés aux entreprises, aux opérateurs ou tout simplement des 'tunnels' dans le World Wide Web (WWW) et où passent la voix et la signalisation téléphonique. Nous verrons dans le billet sur les protocoles Voip que le protocole de transport peut être différent d'IP : ATM ou MPLS, cependant la couche de 'support' de base reste 'IP' (il y a ensuite IP sur ATM, IP sur MPLS ...).

En conclusion, nous noterons que l'évolution du réseau téléphonique classique vers le réseau Voip est assez représentatif de la problématique de convergence générale. Il s'agit de :

  • utiliser des ressources communes à différents réseaux ( ici : on unifie les réseaux voix et données)

  • configurer et maintenir le réseau plus simplement : par le fait que tout devient 'dynamique' (càd informatisé, ce qui est représenté par les pointillés sur la figure), l'ajout d'abonnés, la création de nouvelles destinations est plus rapide et moins coûteuse ;

  • innover plus rapidement : les économies en temps et coût pour : le développement, la mise
    en service et le maintenance du réseau permettent la mise en service de nouvelles fonctionnalités beaucoup plus facilement. C'est d'ailleurs là que se situe maintenant la plus grande valeur ajoutée.

L'avènement de cette technologie soulève cependant des nouveaux défis comme celui de la sécurité informatique ... du réseau téléphonique, ou la localisation d'abonnés (en cas d'appel d'urgence notemment ) qui pourraient se connecter de n'importe quel point du réseau . Côté utilisateurs, la qualité de voix et le service associé ne sont pas encore à la hauteur des standards de la téléphonie traditionelle mais vont en s'améliorant, notemment sous l'effet d'une concurence sévère (voir l'étude des offres VoIP du marché français). Mais le stimulant de la mondialisation (le marché devient global) et la dérégulation des télécoms (l'opérateur historique n'est plus en situation de monopole et doit louer ses infrastructures) offre un cocktail unique où la convergence n'a pas fini d'avancer !

Tanneguy RAMIERE

(1) D'autres informations sur le fonctionnement du réseau commuté avant la voip: sur frameip.com : aller ici