Résumé de l’analyse : à la base il y a le droit des concentration : équilibre entre la pluralité des source d’information qui réduit les concentrations et les forces du marché qui sont à l’œuvre et qui necessitent de la libre entreprise pour que les société - ici les opérateurs et fournisseurs de contenu - puisse fonctionner voire survivre.

En effet, avec le déclin de la presse qui affecte les premiers et l’explosion de la bulle qui affecte les seconds, le modèle économique de la convergence vient à point nommé pour amortir les investissements : un même contenu peut être décliné et donc vendu sur plusieurs médias avec économies d’infrastructure (le propre de la convergence). La façon classique de voir la concentration est ainsi challengée par : la nécessité de survire avec des services dont le coût baisse fortement (notemment à cause de la dérégulation et de la compétition) et le fait que les utilisateurs qui utilisent de multiples sources d’information (TV, mobile, internet, journaux …) qui induit un comptage des part de marché différent…

Voir l’article : «Le contrôle de la concentration des médias : quand la convergence bouscule le droit » de Frédéric Péron.

NOTE : Frédéric Péron va maitenant co-blogger sur se site. Bientôt des nouveaux article de Mr Péron sur les apects juridiques de la convergence dans la nouvelle rubrique Convergence & Droit.